Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

peinture

Posséidon...Manga...

Publié le par Bertocchio

"Posséidon" de Maxime - 24 x 32 cm
Peinture au crayon aquarelle.

Voir les commentaires

Le manteau ... manga...

Publié le par Bertocchio


Le manteau" est un dessin réalisé par Maxime
avec des crayons de couleur "aquarelle"
format 24 x 32 cm
Une bien jolie réalisation dans le travail des plis du manteau...

Voir les commentaires

Midi d'Edward Hopper.

Publié le par Bertocchio


" Midi" d'Edward Hopper - 69,9 x 100,3 cm

 Huile sur toile ; 1949 ; 69,9 x 100,3 cm ; Dayton (OH), The Dayton Art Institute, Gift of Mr and Mrs Anthony HaswellHuile sur toile.

 

Une maison occupe l’essentiel de la surface du tableau. De bois blanc lumineux sous le soleil au zénith, cette bâtisse est composée d’un étage mansardé sous un revêtement de bardeau gris bleuté très doux au regard. Les fenêtres au nombre de 2 occupent la partie droite du toit. Un store jaune crème est à moitié descendu et de jolie rideaux blanc protègent l’intimité des chambres. Sur le pas de la porte d’entrée, une jeune femme en peignoir laisse voir une partie de sa nudité, son regard est porté vers notre gauche... Que regarde-t-elle ? Encore une fois Hopper nous place dans la position de ne pas comprendre la situation dans laquelle se trouve ses personnages.

Le 2ème plan est parfaitement cohérent avec le premier = une prairie s’étendant à perte de vue et un ciel bleu lumineux...

Voir les commentaires

Sept heures du matin d'Edward Hopper.

Publié le par Bertocchio

"Sept heures du matin" d'Edward Hopper
Même approche que "Maison au crépuscule", l'angle
d'une maison se dresse et sur sa gauche un bois sombre.
Dans ces tableaux, la forêt fait une intrusion dans le domaine des hommes.

Voir les commentaires

Maison au crépuscule...

Publié le par Bertocchio


"Maison au crépuscule" - 1935
Huile sur toile, 92,1 x 127 cm
Virginia Museum of Fine Arts
The John Barton Payne Fund

Voir les commentaires

Eloge de la balle...

Publié le par Bertocchio

"Eloge de la balle" - 1440 x 900 pixels

Soirée confidence donc : " J'ai le méchant défaut de me voir trop beau. Trop grand, bref je suis un peu mégalo... Quel rapport avec la balle ?

Mon grand-père, un homme fort discret et pas très rigolo, avait une passion qui illuminait son quotidien : le rugby. Une passion à laquelle il n'a jamais renoncé, jusqu'à supporter la présence des présidents de la droite française qui serraient les paluches des 30 joueurs avant un match international... Un comble pour ce communiste qui connut les ravages provoqués par nos démocraties libérales en Afrique du Sud, au Maroc et aux Etats-Unis entre 1942 et 1944... Il vitupérait contre ces capitalistes responsables de cette guerre qui l'a marqué jusque dans ses chairs... Il y avait cependant une limite à sa haine profonde des hommes de droite : le rugby.

Pour lui rendre hommage, il avait en fait 2 passions : le rugby et les maths. Mais cette 2ème, je ne l'ai jamais partagé ... trop abstraite... pas assez conviviale... :-). Et pourtant, j'ai eu à en subir les dommages collatéraux : maths le mercredi après midi, le samedi après midi et le Dimanche bien sur, même le jour de l'an (8 heures au 1er janvier 1978... :-( ). Une nuit, il a même rêvé la solution d'un de mes problèmes d'algèbre... :-( . J'ai jamais su si j'en éprouvait du respect ou une frousse incroyable à la pensée qu'il rêvait de...maths.

Pourtant, il y avait des moments de grâce, comme les rencontres France-All blacks, pour lesquelles on rangeait les droites, les équations et on parlait enfin. Il me transmettait les valeurs de son rugby, celui qu'il aimait et que j'aime toujours... peut être plus aujourd'hui avec le temps qui est passé...

Un après-midi, il avait réuni autour de lui quelques jeunes dont je faisais partie, pour l'unique leçon de rugby qu'il me donna sur un terrain... La sanction fut rapide : à trop garder la balle, à force de jouer perso, je passais plus de temps à terre et sous les autres qu'à courrir avec les autres... Plus je me heurtais à la phalange adverse, plus je voulais réussir l'exploit de mener seul le ballon dans l'embut adverse... et plus je mordais la poussière. Les larmes sont venues, le découragement aussi... Mon grand père m' a regardé, son visage n'était pas comme d'habitude, le timbre de sa voie a gravé ces mots dans ma mémoire : "Eh! si tu fait pas la passe..., il faut faire la passe!"

J'ai donc appris deux choses essentielles :

- On peut avoir des ennemis mais il y a des limites à ne pas dépasser. Il est bon de faire la passe même aux plus enragés des capitalistes... :-).

- On ne fait rien sans l'autre et à trop se voir trop beau on mord la poussière. Faire la passe est une façon de sortir d'une impasse dans notre trajectoire de la vie, comme dans notre trajectoire sur le terrain. Je continue donc à faire la passe en ajoutant des liens parce que je rebondis grâce à vos blogs et trouve de nouvelles sources d'inspiration...

J'aime toujours voir un match à la télé... Je me bouche les oreilles lors des pubs, je ferme les yeux lorsque je vois bling bling, mais je garde l'esprit : pas d'insultes. Et puis... et puis il y a toujours des moments de grâce car les joueurs, au foot comme au rugby, "ont des yeux derrière la tête, des mains à la place des pieds et des pieds qu'on dirait des mains" Françoise Giroud. Il y a ces moments rares ou le joueur oubli les millions et les sponsors ; ces instants fugaces où l'on oubli les commentateurs à la con, les hooligans imbéciles... ces instants magiques de passe en aveugle où la balle est transmise sans voir l'équipier, simplement parce que l'on sait que l'autre est là...

Je vous souhaite à tous d'excellents moments rares pendant cet euro 2008 chez nos amis Suisses et Autrichiens.... A toi cathy, la passe.

Un peintre du foot : Nicolas de staël

http://www.artsimages.com/BIOGRAPHIES/destael.htm (je n'ai pas retrouvé le tableau "Le parc des Princes" si vous avez un lien, communiquer le SVP)

Voir les commentaires

Drink color...

Publié le par Bertocchio

"Drink color" - 1440 x 916 pixels
Reprise d'un dessin au crayon
A la vôtre,...

Pour que la coupe des couleurs soit pleine,
A voir une artsite :

Voir les commentaires

Hémalianara, sur tes terres brûlées...

Publié le par Bertocchio


"Hémalianara, sur tes terres brûlées"
Peinture acrylique réalisée dans
l'atelier de Catherine Noizet-Faucon

Voir les commentaires

Vent d'Ouest beaufort force 10 sur Malin et mer d'Irlande...

Publié le par Bertocchio

"Tempête sur Malin et mer d'Irlande" - 1440 x 900 pixels
Liens vers le site de Catherine Nozet-Faucon, peintre lyonnaise :
Les peintres de la marine nationale : Michel Jouenne :

Voir les commentaires

Sens inique...

Publié le par Bertocchio

"Sens unique" - 1440 x 930 pixels
Je ne sais pas d'où m'est venu l'inspiration de ce dessin...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>